http://www.lesoir.be/regions/bruxelles/saint-gilles-les-bulletins-2009-02-18-691195.shtml

Saint-Gilles. Martine Wille, bourgmestre faisant fonction, prend des mesures pour rassurer les contrôleurs d'horodateurs.

Saint-Gilles prend des mesures rapides pour rassurer les contrôleurs d'horodateurs saint-gillois. Depuis le 8 novembre, date de la mise en place du plan de stationnement, ils sont victimes d'agressions faute d'uniformes indiquant clairement leur fonction et de mesures d'accompagnement.

Lundi, nous évoquions le spleen des contrôleurs des horodateurs saint-gillois. Ce qui fait réagir le collège de Saint-Gilles : « Ce que je regrette, dit la bourgmestre ff Martine Wille (PS), c'est que l'on présente dans les médias ce plan de stationnement sous ses côtés négatifs : ponction dans le portefeuille des automobilistes et recette nouvelle pour combler le déficit communal. Un peu court. Ce plan répond à une demande. La densité bâtie, à Saint-Gilles, est très forte. Nous étions au bord de l'étouffement. Depuis la 8 novembre, on trouve à se garer, il y a moins de voitures ventouses et les commerçants savent que leurs clients trouveront des emplacements de parking. Je ne dis pas que tout est parfait. Je veux seulement souligner le caractère positif de la mesure ».

La bourgmestre reste ferme sur un autre point : l'absence de quotas à atteindre par les contrôleurs. Et de rappeler que le chiffre de 75 PV est une référence, une moyenne à Bruxelles. Mais quid du bulletin hebdomadaire que doivent remplir les contrôleurs ? « Ce bulletin, dit la bourgmestre, est destiné à suivre les contrôleurs et les évaluer. Il est rempli a posteriori et pas avant. En d'autres termes, le chiffre de 75 PV qui y figure n'est pas un objectif à atteindre. Les agents sont tenus de remplir cette feuille de route afin que nous puissions évaluer leur travail. Le terme « objectif » qui y figure est une grosse maladresse. Il va être modifié. Il s'agit de comparer le travail accompli par rapport à une moyenne. J'y veillerai. Il n'y a pas et il n'y aura jamais de quota à atteindre ».

Ceci dit, d'autres mesures ponctuelles sont attendues, en attendant la délivrance des uniformes, de nature à bien identifier les 17 contrôleurs de l'équipe. « Je rencontre l'équipe ce jeudi. Dans le quartier de la place Bethléem, nous renforçons l'accompagnement policier. Et en accord avec le chef de zone, nous allons mettre en place un système d'appel direct (sans passer par la centrale) afin d'accélérer l'intervention éventuelle de la police, en cas d'agression des contrôleurs ».