20 mars 2012

Bruxelles: qui s'occupera des Roms de la gare du Nord?

http://www.rtl.be/info/votreregion/bruxelles/864980/bruxelles-qui-s-occupera-des-roms-de-la-gare-du-nord

Des Roms slovaques vivent depuis plusieurs semaines dans le hall de la gare du Nord, à Bruxelles. Caroline nous a fait part de son inquiétude concernant leur situation. "Est-ce normal que personne ne fasse rien?", s'interroge-t-elle. Une question qui risque de rester longtemps sans réponse.

20 Mars 2012 15h32

Depuis plusieurs mois, il n’est pas rare de rencontrer des familles de Roms, majoritairement originaires de Slovaquie, dans le hall de la gare du Nord où elles se sont réfugiées.

Une première fois accueillies

En septembre dernier, la situation était devenue intolérable d’un point de vue sanitaire et de sécurité. Face à l'absence d'intervention de l'Etat, compétent en la matière, la commune de Schaerbeek avait décidé de reloger plus de dix familles en mettant à leur disposition un logement temporaire, chaussée de Haecht. Des équipes de distribution de ressources alimentaires et des infirmières avaient été mobilisées.

Ce logement doit être rendu au foyer schaerbeekois le 31 mars, des familles nombreuses étant déjà sur liste d'attente. A cause de cette échéance, une bonne partie de ces 13 familles de roms devraient s'ajouter à celles déjà présentes dans le bâtiment de la gare, où la sécurité et l’insalubrité ne sont plus à l’heure actuelle jugées alarmantes par la commune de Schaerbeek.

Responsabilité de l'Etat?

Première à mettre en place un tel dispositif d’accueil, la commune de Schaerbeek a décidé de ne plus assumer la responsabilité des manquements de l’Etat, et de ne plus prendre en charge les familles campant actuellement à la gare. "Nous essayons depuis deux mois de contacter le cabinet de Maggie De Block. Nous leur envoyons un mail chaque semaine, en plus des deux lettres envoyées à Maggie De block l’informant de la situation, lui demandant de prendre en charge ces quelques familles. Interpellée par Eric Jadot en assemblée, elle a répondu qu’il y avait confusion entre conditions hivernales et demandeurs d’asile" a déclaré Dominique Decoux, présidente du CPAS de Schaerbeek. "Nous dénonçons avec la plus grande véhémence cette situation. Même s'ils sont irréguliers, c’est une obligation de l’Etat. La loi le prévoit dans le cadre de la convention internationale des droits de l’enfant", a-t-elle ajouté, étant donné la présence d'enfants au sein de ces familles.

Schaerbeek: "Nos services sociaux sont déjà prêts"

"S’il y a de nouveau une carence au niveau de l’Etat, nous devrons évidemment intervenir, nos services sociaux sont déjà éventuellement prêts à intervenir, mais le premier responsable, c’est le gouvernement fédéral, c’est Fedasil, c’est l’office des étrangers, c’est madame Milquet, c’est la police d’état des chemins de fer, tous ceux-là ont été prévenu et ont été rappelés à leurs compétences", a expliqué Bernard Clerfayt, bourgmestre de Schaerbeek, il y a quelques jours au micro de Télé-Bruxelles.

Fedasil s'explique: il faut introduire une demande d'asile

Même "rappelée à ses compétences" par Schaerbeek, Fedasil, l’agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile, assure ne pas être responsable de la situation de ces sans-abris. "Nous accueillons les personnes qui ont besoin d’être accueillies. Je ne connais pas leur situation, mais d’une manière générale, nous regardons leur profil pour savoir s’ils ont droit le droit d’être accueillis à Fedasil. Généralement (ndlr: pour les roms), ce n’est pas le cas, puisqu’ils n’ont jamais introduit de demande et n’ont pas de titre de séjour", a expliqué Fedasil, contactée par la rédaction. Cependant, s'il est possible théoriquement pour un ressortissant européen d'introduire une demande d'asile, le taux d'acceptation est très faible.

Cercle vicieux européen

La commune de Schaerbeek et son CPAS déplorent le ping-pong auquel jouent les autorités (Fedasil, Etat et Région), qui se renvoient constamment la balle.

Devant les caméras de Télé-Bruxelles, Bernard Devos, délégué général aux droits de l’enfant, va même jusqu’à remettre en cause le système européen. Les Roms slovaques sont en effet des ressortissants européens à part entière. Ces familles ne sont donc pas considérées comme demandeuses d’asile, puisqu’issues de pays européens. Selon la loi, elles devraient être aidées dans les trois premiers mois, avant de faire leur demande de régularisation. C’est ici que le bât blesse, puisque cette demande de régularisation n’est possible que si les familles peuvent prouver qu’elles ont un emploi ou sont sur le point d’en obtenir. Or, vivre en rue et obtenir un emploi sont bien souvent inconciliables.

Retour à la case départ

La commune de Schaerbeek s’adresse à la région de Bruxelles-Capitale, propriétaire du bâtiment CNN de la gare du Nord. Elle attend également une réponse de la secrétaire d’état en charge de l’asile et la migration, Maggie De Block. "Nous ne sommes pas au courant que le dossier nous ait été envoyé, même si ce n’est pas impossible. Nous ne sommes pas directement en charge de ce type de situations", a signalé le cabinet de la ministre. La fameuse partie de ping-pong est donc loin d’être terminée.

Posté par ul_saintgilles à - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Bruxelles: qui s'occupera des Roms de la gare du Nord?

Nouveau commentaire