Metro du mardi 23 janvier 2018

high_d-20180122-3K5XT9

GENÈVE Le 1 % de la population mondiale le plus aisé s’est partagé 82 % de la richesse mondiale en 2017. Le nombre de milliardaires a atteint un nouveau record à près de 2.050.

Cela fait donc un nouveau milliardaire tous les deux jours, indique l’ONG britannique Oxfam dans un rapport publié hier à Genève.

Parmi eux, neuf sur dix sont des hommes. L’augmentation de la richesse des milliardaires par rapport à 2016, de près de 770 milliards de dollars, a elle aussi constitué la plus importante observée. Cette hausse dépasse de plus de sept fois le montant qui permettrait de mettre un terme à la pauvreté extrême dans le monde.

TOUT POUR ÉCHAPPER AU FISC

En 2017, 3,7 milliards de personnes n’ont pas bénéficié de la croissance économique, selon ce rapport publié avant la réunion du Forum économique mondial (WEF) à Davos en Suisse. Au total, le 1 % le plus riche amasse davantage que les 99 % restants. Et il a évité de payer 200 milliards de dollars par des manœuvres fiscales.

De leur côté, les pays en développement perdent au moins 170 milliards de dollars de recettes par an en raison de l’évasion fiscale, davantage que l’aide qui leur est attribuée.

L’IDÉE D’UN IMPÔT MONDIAL

L’ONG appelle à mettre un terme à ces pratiques ou encore à investir dans l’éducation et la santé pour tous. Parmi de nombreux dispositifs, Oxfam propose par exemple un impôt mondial sur les richesses des milliardaires ou encore de distribuer la moitié des bénéfices aux travailleurs les plus pauvres d’une filière. Elle demande de privilégier la main-d’œuvre « ordinaire » et les petits producteurs plutôt que les riches.